La biodiversité

Dans le cadre du Plan Biodiversité publié par la Ville de Paris en novembre 2011, la ZAC Boucicaut a été désignée « opération pilote ». L’aménagement de l’écoquartier constitue un maillon dans la trame verte qui s’étend jusqu’aux berges de la Seine. Il a donc été conçu dans le respect de la faune et de la flore. Les marronniers centenaires situés au cœur du site ont été conservés et protégés, notamment pendant les travaux de dépollution réalisés.

38

L’importance de la biodiversité en ville

La biodiversité assure la régulation de nombreux équilibres naturels (contribution à la qualité des eaux, à la fertilité des sols, à la fixation du gaz carbonique…). En ville, elle constitue un véritable enjeu de santé et de qualité de vie. Elle régule par exemple l’effet « d’îlot de chaleur urbain » (de fortes variations de température très localisées).
Loin de gêner les habitants, la faune et la flore leur apportent des avantages dont ils n’ont souvent pas conscience. Ainsi, les petits insectivores tels que les oiseaux limitent la prolifération des moustiques. Les pollinisateurs (papillons, abeilles…) récoltent une grande quantité de particules allergisantes, ce qui limite leur dissémination dans l’air. De plus, à l’image des chauves-souris, la faune et la flore sont naturellement présentes dans les villes, souvent dans la plus grande discrétion.

37

Un respect de la faune et de la flore jusque dans les choix de construction

Le bien-être et le développement des diverses espèces végétales et animales ont été pensés dans leur ensemble, y compris dans la conception des différents lots de la ZAC Boucicaut. Ainsi, l’ensemble des constructions neuves seront recouvertes par une toiture végétalisée (hors panneaux solaires), soit une surface totale de 4 000 m². Le bénéfice sera double : pour les habitants, qui pourront profiter de l’effet thermorégulateur des toitures, et pour les espèces animales et végétales, qui trouveront là un formidable lieu de développement. Sur les bâtiments des lots G et H, on trouvera également des surfaces et des pignons végétalisés.

39_franck Badaire

Des espèces végétales sélectionnées avec soin

Le choix des essences végétales est représentatif de l’écosystème régional, avec au moins 80% des espèces originaires d’Ile de France ou de France métropolitaine, le reste étant constitué d’espèces exotiques. Les espèces envahissantes ont été écartées de cette palette végétale, qui assurera une répartition des floraisons tout au long de l’année. Elle sera source de nourriture pour différentes espèces d’oiseaux, d’insectes butineurs ou de petits mammifères, en créant des conditions propices à leur maintien sur le site. En effet, les végétaux assurent un rôle de couvert qui sert de refuge, de lieu de reproduction ou de couloir de déplacement à de nombreuses espèces animales.

40_franck badaire

Des dispositifs d’accueil pour la faune locale

Des équipements viennent également favoriser le développement des espèces animales. Sur l’une des allées piétonnes, une noue recueillera les eaux de pluie et constituera une petite zone humide qui fournira entre autre un point d’eau. Des nichoirs à oiseaux sont installés, dans les arbres, sur des poteaux et dans les clôtures végétalisées. Des passages à micro faune sont également présents dans les murets de clôture. Des briques creuses ont été installées dans la façade du lot C et servent de nichoirs aux pollinisateurs.
Deux ruches ont été placées dans le square de la ZAC de juin 2013 à janvier 2015 et ont permis la récolte de 25 kg de miel. Deux autres ont été installées sur le toit du lot F. Ses 30 à 60 000 occupantes pourront ainsi polliniser les plantes de la ZAC Boucicaut mais aussi des alentours. Une abeille peut en effet explorer un périmètre allant jusqu’à 12 kilomètres autour de la ruche, pour aller butiner les 5,6 millions de fleurs nécessaires à la fabrication d’un kilogramme de miel (une ruche domestique peut produire jusqu’à 60 kg de miel par an).

45 46

Les chauves-souris bienvenues à Boucicaut

Les oiseaux et les pollinisateurs ne seront pas les seules espèces accueillies au sein de la ZAC Boucicaut. Ainsi, des nichoirs à chauves-souris ont été disposés sur quelques façades de bâtiments. Ils sont dimensionnés pour accueillir une espèce naturellement présente à Paris : la pipistrelle. Cette espèce, la plus petite et la plus commune dans notre pays, occupe volontiers les nichoirs, de façon ponctuelle et en changeant fréquemment de lieu. Chacune d’entre elles capture environ 1 500 insectes et moustiques par nuit. Un argument qui devra certainement convaincre les habitants d’accepter ce très discret voisin.

44

5 nichoirs à oiseaux déjà installés

Au cœur de la ZAC Boucicaut, deux types de nichoirs à oiseaux ont été installés dans les marronniers.
Le premier modèle, en cèdre rouge issu de forêts gérées, est plus chaud qu’un nichoir en pin. Son trou d’envol de 26 mm lui permet d’accueillir de petites mésanges (bleue, nonnette, huppée, noire).
Le second modèle (en bois FSC) convient au moineau domestique, à la mésange charbonnière et au sittelle Torchepot, grâce à un trou d’envol de 32 mm.
Les nichoirs ont été installés en hauteur afin de protéger les oiseaux d’éventuels prédateurs.
L’orientation a également été étudiée pour minimiser les effets du vent et de la pluie afin d’offrir à leurs occupants un habitat propice à la nidification. D’autres nichoirs seront installés par la suite, tant dans les espaces publics que sur les lots de construction.

41_franck badaire 42 43